VIDEO: « L’euthanasie en Belgique : impossible de baliser et contrôler » selon le Professeur Dr Etienne Montero

la loi sintegre dans le systeme juridique qui a sa dynamique propre commandee par des principes supérieurs tels que egalite et la non-discrimination.Lors d’une conférence de presse, le Professeur Dr Etienne Montero, Doyen de la faculté de droit, Université de Namur, Belgique, a dressé un bilan de 11 ans d’euthanasie en Belgique.  Les plus grands promoteurs de l’euthanasie en Belgique reconnaissent que la plupart des demandes d’euthanasie ne trouvent pas leur origine dans la souffrance physique, qui peut être maîtrisée, mais dans une souffrance psychologique : perte de sens, solitude, lassitude de vivre, besoin de maîtriser sa mort…  Dans une situation de souffrance, une demande d’euthanasie est compréhensible, mais la société ne peut pas s’adjuger le droit d’y accéder sans se mettre en danger. Tous les citoyens se trouvent menacés par les risques d’abus et de dérives.

VIDEO: Dr Paul Saba Shares a Personal Story – Against Euthanasia For Children

Dr Paul Saba shares a personal story of a severe diagnosed illness and a success against the odds in the Video: Case Against Euthanasia for Children – Dr Paul Saba – A Personal Story

Bill 52 Quebec – Dr Stevens shares 4 cases in hopes of warning Quebecers – It’s A License to Kill

2 days prior to « a vote in principal » of Bill 52 at the Quebec National Assembly, the Coalition of Physicians for Social Justice invited an Oregon physician, Dr Kenneth Stevens, who described how Oregon’s physician assisted suicide law had caused hundreds of physician assisted suicides over the past fifteen years. He also described how if the current Bill 52 on euthanasia is passed in Quebec, hundreds of Quebecers will die annually at the hands of doctors.

Dr Kenneth Stevens is a leading cancer specialist with more than 40 years’ experience. He is also a Professor Emeritus and a former Chair of the Department of Radiation Oncology, Oregon Health & Sciences University, and Portland, Oregon. He has treated thousands of patients with cancer.

According to Oregon law, patients must be considered to have less than 6 months to live. Dr Stevens stated that the ability to diagnose and predict the survival of people at the « end of life » with months to years to live is inaccurate. Many patients who are considered « terminal » or « end of life » are not necessarily dying.

Dr Stevens described one patient in his 40’s who was diagnosed in 2004 with advanced cancer with 13 tumors in his liver and more than 70 tumors throughout his lung. The original biopsy showed « adenocarcinoma of the liver. » He was told that he would probably be dead in 6 weeks. After the bad news, he sold off many of his assets and bought his burial plot. When he realized that he was feeling well he sought second opinions. After consulting other pathologists he was finally told that the condition was « epithelioid hemangioendothelioma » which can be chronic and not fatal. Now 9 years later he is doing well and happy to be alive without any cancer treatments.

Dr Stevens described how hundreds of so-called « hopeless cases » with treatment can go on to survive many profitable years or be cured. Hospital administrators and doctors would have abandoned and not treated these people. Four other of his patients were discussed. One was a 30 year old woman with liver cancer which had metastasized to her chest and was told « she did not have long to live. » With combined radiation/chemotherapy she lived over 20 years with quality life. An 18 year old college man with glioblastoma multiforme (the most malignant brain cancer) was treated. He graduated from college, law school, passed the Oregon bar exam, married had 2 children, was elected to city council and survived over 20 years. Another 50 year old woman with advanced lymphoma, was bedridden and not able to stand or walk. She received radiation treatments with total resolution of her disease. All these patients were treated despite « poor prognosis » and other physicians questioning the reasonability of such « aggressive and futile treatment » for these very severe conditions.

According to Dr Stevens; other people are encouraged to give up on care because of the existence of the assisted suicide law. The message of the proponents of assisted suicide is that « doctors can do a better job of killing you than caring for you. »

Present at the conference and giving her testimony was a patient of Dr Stevens, Jeanette Hall. She was diagnosed in 2000 with lower bowel cancer and told that she had six months to a year to live. She considered chemotherapy and radiation therapy futile. She asked for assisted suicide as provided by the state of Oregon. Dr Stevens disagreed with her decision for assisted suicide and was able to convince her to undergo radiation and chemotherapy. She is now thrilled to be alive 13 years after undergoing cancer therapy and not killing herself with a lethal dose of barbiturates.

Dr. Stevens believes that people who are not dying are being lured into assisted suicide. They are misguided to believe that their medical condition is irreversible and discouraged to undergo any treatment that is « overaggressive and futile. » Dr Steven’s states that « overaggressive and futile therapy » is a relative term—and can only be defined in hindsight. If a patient undergoes therapy for a very severe condition and survives—such therapy is not overaggressive and futile because it was successful. People are being denied therapies that could prolong and save their lives. Dr Stevens also talked about how financial incentives in Oregon’s government health plan steers patients to suicide. In Oregon, the government insurance sets limits on cancer care. Dr. Stevens warned that if assisted suicide or euthanasia is legalized in Quebec, then the Quebec government health program could follow a similar pattern—that is limit coverage for cancer care and thus encourage euthanasia.

Dr. Paul Saba, a family physician and co-president of the Coalition of Physicians for Social Justice explained how Québec’s proposed euthanasia law would encourage people, including young adults 18 and over with treatable conditions such as depression, chronic lung and heart disease, diabetes, rheumatoid arthritis and fibromyalgia to agree to euthanasia and end their lives.

The Coalition’s position against euthanasia is supported by the World Medical Association representing nine million physicians.

For additional reference videos please visit the CoalitionYoutube channel

Le Collectif des médecins du refus de l’euthanasie – VIDEO – Projet de Loi 52

L’« aide médicale à mourir » au Québec : un « homicide » donc « inconstitutionnelle » – Objections majeures des opposants

QUÉBEC, le 25 sept. 2013 /CNW Telbec/ – « L’aide médicale à mourir est un homicide », « un projet de loi inconstitutionnelle », les objections majeures au projet de loi 52 sur les « soins de fin de vie » sont nombreuses selon les mémoires présentés par Le Collectif de médecins du Refus médical de l’euthanasie (Le Collectif) et le réseau citoyen Vivre dans la Dignité (VDD) lors de leurs audiences devant la Commission parlementaire de la santé et des services sociaux. Ces deux documents sont maintenant disponibles sur les sites Web :

www.refusmedical.blogspot.ca et www.vivredignite.blogspot.ca.

On peut également retrouver sur le site Web de VDD les résultats d’un sondage IPSOS qui démontre, entre autres, que seulement 33 % des Québécois et Québécoises saisissent réellement la nature de l’aide médicale à mourir :

Sondage IPSOS – Vivre dans la dignité

Le Dr Marc Beauchamp, président du conseil d’administration de VDD et le Dr Catherine Ferrier du Collectif dénoncent la confusion générée par ce terme : « l’aide médicale à mourir est de l’euthanasie, un homicide selon le code criminel canadien. Il faudra chercher longtemps pour trouver suffisamment de médecins québécois prêts à franchir cet interdit historique. En fait, plusieurs d’entre-nous sommes prêts à nous tourner vers les tribunaux si la loi 52 devient réalité ».

Cette invitation est l’une des nombreuses observations lancées depuis les dernières heures par ces deux groupes au cœur de l’opposition à l’euthanasie au Québec. Voici quelques extraits de leurs mémoires respectifs :

Mémoire du Collectif de médecins du refus médical de l’euthanasie, présenté par les Drs Catherine Ferrier, Serge Daneault et François Primeau.

« Si, d’entrée de jeu, nous avons été heureux de constater la place importante accordée aux soins palliatifs par le projet de loi 52, nous avons vite déchanté en constatant que le législateur avait dénaturé les soins palliatifs en y intégrant l’aide médicale à mourir – un euphémisme utilisé pour cacher la réalité mortifère de l’euthanasie. » p. 2

« Nous soutenons que ce n’est pas le rôle de l’État d’organiser la mise à mort de citoyens et citoyennes qui veulent en finir. Pareille éventualité contredit les grandes valeurs québécoises de solidarité et d’égalité. » p. 10

« Ce geste ne saurait être qualifié de « soin » puisqu’il contredit les principes éthiques fondamentaux de la pratique médicale. » p. 11

Mémoire de Vivre dans la dignité, présenté par le Dr Marc Beauchamp et Me Michel Racicot.

« Historiquement, la seule exception à cet interdit (un citoyen ne peut pas en tuer un autre), qui a toujours fait consensus, a été la peine de mort, qui est aujourd’hui proscrite dans notre pays, et ce en dépit devons-nous rappeler, de multiples sondages qui ont démontré régulièrement le désir de la majorité de la population à la légaliser (environ 60-70 % d’approbation). Pourquoi la peine de mort demeure-t-elle interdite malgré le désir répété de la population de la réintroduire ? Serait-ce une trahison de la démocratie? Non. » p. 4

« Si le suicide assisté ne peut être qualifié de soins alors qu’il implique aussi l’intervention d’un médecin, comment justifier que l’aide médicale à mourir et la sédation palliative terminale (avec intention de donner la mort) soient qualifiés de soins? » p .21

« Les membres de l’Assemblée nationale ne peuvent, en conscience, appuyer ce projet de loi qui, malgré ses belles promesses, ne résoudra aucunement le problème de la souffrance, et qui assurément portera atteinte à la sécurité des plus vulnérables et à l’intégrité des milliers de personnes travaillant dans les soins de santé, dont les médecins. » p. 25

Source : Le Collectif de médecins du Refus médical de l’euthanasie et le réseau citoyen Vivre dans la Dignité.

Suivez-nous sur Twitter au @collectifmed et @vivredignite

SOURCE:  Collectif de médecins du refus médical de l’euthanasie

Renseignements :

 Pour informations supplémentaires ou pour organiser une entrevue avec l’un ou l’autre des porte-parole, veuillez contacter :

Christian Ahuet
Massy Forget Langlois relations publiques
cahuet@mflrp.ca

Audition en commission parlementaire en vidéo

Le Collectif des médecins du refus de l’euthanasie est passé en commission parlementaire pour discutter du Projet de Loi 52. L’audition est disponible sur le site de L’Assemblée Nationale.